Oubli de mot de passe
Déjà inscrit ?
 
Se connecter
 
Déjà inscrit ?
 
Nouveau visiteur ?
Date de naissance

Présentation

Projet de sciences participatives, le Suivi Photographique des Insectes POLLinisateurs est une initiative du Muséum national d’Histoire naturelle et de l’Office Pour les Insectes et leur Environnement avec pour partenaires principaux la Fondation Nature & Découvertes et la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme.

  • Présentation du Spipoll
[Photo A. Shwartz | © MNHN]
Vous avez dit Spipoll ?

Le Suivi Photographique des Insectes POLLinisateurs a pour but d’obtenir des données quantitatives sur les insectes pollinisateurs et/ou floricoles en France en mesurant les variations de leur diversité et celles de la structure des réseaux de pollinisation, sur l’ensemble de la France métropolitaine. Grâce à un protocole simple et attrayant, reposant sur des photographies d’insectes en train de butiner, le Spipoll est ouvert à tous !

La pollinisation, un service écologique menacé

La pollinisation de très nombreuses plantes dépend des insectes...

Et réciproquement des milliers d’espèces d’insectes dépendent des plantes à fleurs pour leur survie. Aujourd’hui, 35% de notre alimentation repose sur des plantes pollinisées par les insectes. Les pollinisateurs sont donc la source d’un véritable service écologique. Ce service est d’autant mieux rendu que la diversité des pollinisateurs est importante. Mais ce service est aujourd’hui menacé : l’intensification de l’agriculture, l’urbanisation ou encore les changements climatiques perturbent les populations de pollinisateurs. Si le symbole de cette menace est le déclin de l’abeille domestique, qu’en est-il des espèces sauvages les plus communes qui assurent une grande part du service ? Nous manquons de données pour répondre à ces questions à l’échelle de la France.

Un observatoire photographique des pollinisateurs

Pour répondre à ces questions

Il faut des données collectées sur un grand nombre de sites dans des environnements variés, et donc accessibles à un grand nombre d’observateurs. Il s'agit sur une espèce de fleur définie, en au moins 20 minutes d'observation, de photographier un maximum d'insectes appartenant à des espèces différentes. L'objectif est d'obtenir une photo par espèce, de qualité suffisante pour différencier une espèce des autres espèces photographiées. L'ensemble de ces photos constitue une collection. Le participant dépose ensuite ses photos sur un album virtuel en ligne. Dans un second temps, il identifie aussi précisément que possible chaque espèce à l’aide d’une clé d’identification en ligne. L’ensemble des données est utilisé par les spécialistes pour une analyse spatiale des réseaux de pollinisateurs en France.

Zoom sur les sciences participatives

Les sciences participatives… Qu’est-ce que c’est ?

Des activités scientifiques écolos qui s’adressent aux amoureux de la nature, même débutants ! Pas besoin d'être pro pour photographier les pollinisateurs !

Bien que l’objectif principal soit de collecter des données scientifiques uniques en leur genre, le protocole Spipoll mêle le ludique (établir une collection) au didactique (mettre des noms sur les insectes que l’on côtoie tous les jours) et au pédagogique (appréhender la diversité du vivant à travers celle des pollinisateurs). Il s’agit donc bien d’un échange complémentaire entre les observateurs et les scientifiques, qui ont aussi à charge de partager et diffuser leurs résultats.

Vigie-Nature, au Muséum national d’Histoire naturelle

Les sciences participatives à l'honneur !

Vigie-Nature est un dispositif coordonné au niveau national et déployé au niveau régional de suivi de l’état de santé de la nature ordinaire à travers des groupes indicateurs de biodiversité (oiseaux, papillons, chauve-souris, plantes et amphibiens), s’appuyant sur les réseaux naturalistes volontaires. Vigie-Nature propose des protocoles simples et rigoureux, adaptés à un grand nombre d’observateurs, adossés à des plans d’échantillonnage permettant d’extrapoler les observations à l’ensemble d’une région. La coordination au niveau national repose sur une équipe scientifique parmi les leaders en France et en Europe pour l’étude des impacts des changements globaux sur la biodiversité et la conception d’indicateurs.